La lutte contre la destruction de l’environnement ne cesse de s’accentuer. De nombreuses associations et entités se mettent à défendre cette cause vitale pour la planète. Entre autres, il faut lutter contre le réchauffement climatique, la déforestation, la pollution au plastique ou encore la disparition des espèces endémiques. La combustion du charbon est pointée du doigt parmi les causes du désastre environnemental actuel. Les lignes suivantes font le point sur l’impact de l’exploitation de ce combustible sur l’écologie.

Le charbon, c’est quoi ?

Le charbon fait partie de ce qu’on appelle « énergies fossiles ». De couleur noire, il est le résultat de la carbonisation progressive des débris de végétaux dans le sol, il y a environ 300 millions d’années. Cette roche sédimentaire est composée principalement de carbone, d’oxygène et d’hydrogène. Cette composition a été découverte grâce aux observations au microscope d’Hulton et de Link.

On peut distinguer deux types de charbon, ceux de rang inférieur et ceux de rang supérieur. Cette classification dépend de la teneur en eau de la roche. La quantité de carbone dans le charbon est élevée lorsque la teneur en eau est faible, ce qui indique que son pouvoir calorifique est plus important. Il s’agit là de charbon de rang supérieur. Il est reconnaissable par sa couleur toute noire, un combustible de meilleure qualité. La couleur du charbon de rang inférieur est plus brunâtre, plus terne.

Pour quel usage ?

Après avoir trouvé le terrain de gisement, il convient d’extraire le charbon. Celui-ci sera par la suite trié en fonction de sa teneur en carbone. Le charbon devra être brûlé, gazéifié ou transformé en coke. Plusieurs options s’offrent quant à son utilisation, mais la principale étant la production d’électricité au sein des centrales thermiques à flamme.

Des études ont révélé qu’environ 40 % de la production d’électricité dans le monde est à base de charbon, surtout dans les pays émergents. Aussi, il est indiqué qu’il représente 30 % de l’énergie mondiale derrière le pétrole. Actuellement, la Chine est le premier producteur mondial de charbon, suivi des États-Unis et de l’Inde. À elle seule, la Chine détient 40 % de la demande mondiale.

À noter que la réserve mondiale de charbon est de 1070 GT en 2019. Cette réserve expirerait dans 132 ans, selon les experts. L’exploitation du charbon ne semble pas s’arrêter de si tôt et ses impacts sur l’environnement ne feront que s’accentuer. Certains pays commencent à peine à exploiter leurs ressources minières, dont certaines nations africaines.

Quels sont les impacts de la combustion du charbon sur l’environnement ?

Le charbon est pointé du doigt à cause de ses impacts sur l’environnement. En effet, la combustion du charbon produit des gaz à effet de serre dans l’atmosphère. L’effet de serre est un processus naturel causant le réchauffement de l’atmosphère. Ce phénomène est provoqué par certains gaz émis par les activités de l’homme, dont l’exploitation du charbon. Selon le Giec, les principaux gaz à effet de serre sont : la vapeur d’eau, le dioxyde de carbone, l’ozone, le méthane ainsi que l’oxyde nitreux.

Une fois dans l’atmosphère, ces gaz ne peuvent pas disparaître. Ils s’accumulent et conservent les infrarouges produits par la surface de la Terre ainsi que la chaleur du soleil. La combustion du charbon rejette une quantité importante de CO2, de méthane et d’autres gaz à effet de serre dans l’atmosphère. En gros, la combustion du charbon contribue en grande partie au réchauffement climatique.

À noter que ce dernier génère d’autres problèmes, dont la disparition de certaines espèces d’animaux ne supportant pas la chaleur ou la perturbation des saisons. Les étés deviennent longs et plus chauds, les hivers sont courts avec une température beaucoup plus basse qu’auparavant. Les pluies deviennent de plus en plus rares. Par ailleurs, la déforestation causée par l’exploitation du charbon est également à déplorer. Des milliers d’hectares de forêts sont décimés juste pour en faire un gisement de charbon.

Entre autres, la combustion du charbon produit du gaz radioactif, le radon. Aussi, on distingue deux types de cendres résultant de la combustion du charbon : celui provenant des fours de centrales thermiques qui contaminent les nappes phréatiques, et celui qui sort des cheminées sous format suies acides. Ils sont tous néfastes pour l’environnement.

Quelles solutions face à cette situation ?

Les défenseurs de l’environnement pointent du doigt l’exploitation du charbon en raison de son impact sur l’environnement. Certains États exploitants ont donc pris l’initiative de réduire leur production et de passer à la transition énergétique. Il s’agit toutefois de la deuxième source d’énergie mondiale, et c’est difficile de s’en défaire.

Parmi les mesures prises, il est désormais possible de récupérer les gaz à effet de serre produits par la combustion pour les injecter ensuite dans le sous-sol. Mais les efforts ne sont pas encore assez pour rétablir la norme environnementale. Des conférences internationales sur l’environnement, dont le COP21 et le G7, sont également organisées en vue de trouver une alternative durable et efficace. Cela dit, les efforts sont encore insuffisants, car de nouveaux pays du tiers-monde commencent à peine à exploiter leurs charbons. Aussi, la Chine qui est la plus grande productrice de charbon au monde ne semble pas être prête à cesser ni réduire, ses activités.