Encordés sur le toit de la cage, les abouts veillent. Pour assurer la sécurité du personnel qui emprunte la cage et la fiabilité des installations qui remontent la production.

C’est en effet dans les puits que les abouts ont rendez-vous tous les jours pour accomplir leur mission. Un travail attentif et méticuleux dont dépend la sécurité des hommes et de la production.

Vérification et entretien, le quotidien des abouts

Le puits c’est leur domaine d’activité, où tous les jours ils descendent, encordés sur le toit de la cage, pour vérifier et entretenir les différentes installations qui s’y trouvent. Ils commencent par scruter les parois du puits et contrôler les colonnes d’air comprimé, les colonnes d’eau, les guides des deux cages. Ils s’assurent que les câbles électriques sont bien en place et procèdent à la vérification des cages proprement dites : graissage des galets de guidage, contrôle des câbles porteurs de la grande cage et des câbles de la cage auxiliaire. Ils contrôlent les skips, les rises, qui sont les gouttières situées sur les parois du puits, qu’il faut régulièrement nettoyer, ils graissent le chevalement….
Mais les plus gros travaux réalisés par les abouts restent les changements de câbles, toujours effectués durant le week-end à raison d’un seul câble changé par week-end.

Une grosse opération : les changements de câbles

Les câbles porteurs des cages de transport du personnel et du matériel ou des skips remontant la production sont en perpétuel mouvement et sont soumis à des contraintes plus importantes. Ils sont changés à période reguliére ou lorsqu’ils atteignent un certain tonnage de charbon extrait : environ 5 millions de tonnes, soit 30 mois d’exploitation.
Ce travail, indispensable pour la sécurité et la bonne marche des installations, mobilise l’équipe des abouts au complet qui effectue ces remplacements pendant le week-end, afin de ne pas nuire à la production.

Des câbles sous haute surveillance

Une fois par semaine, les abouts accomplissent un travail de grande précision : la mesure, tous les 50 mètres, du diamètre de chaque câble à l’aide d’un pied à coulisse électronique. Ils vérifient ensuite la « distance » des câbles qui, sous le poids qu’ils supportent, peuvent s’éloigner, ainsi que leur « tension ». La mesure de la tension s’effectue grâce à « l’onde de choc » : un procédé qui consiste, chronomètre en main, à taper sur un câble avec un marteau. L’onde de choc descend le long du câble, rebondit sur la cage au fond du puits, et revient à son point de départ. On arrête alors le chronomètre. Un tableau de concordances permet de mesurer le poids supporté par le câble testé. L’entretien des câbles passe également par leur graissage, le nettoyage des poulies, la recherche de fils cassés.
Les abouts ont également des responsabilités administratives : enregistrement quotidien du nombre de cordées de chaque cage, tenue des registres, rapports sur l’activité des câbles, afin d’être en règle avec la DRIRE. Chaque câble est ainsi suivi, jour après jour.
Sans les abouts, toute descente du personnel et du matériel dans le puits serait impossible. D’eux dépendent la sécurité du personnel qui emprunte la cage et la remonte de la production. Ils sont à la mine ce que le souffle est à la vie.