Personnage incontournable de la mine moderne, ce mineur a la responsabilité de l’abattage du charbon proprement dit.
Le haveur/raboteur manipule à l’aide d’une télécommande, les déplacements d’une énorme machine mécanisée qui abat plus de 1 000 tonnes de charbon en un passage pour une haveuse ou en plusieurs dizaines pour un rabot. Il est choisi tant pour sa connaissance de la taille que pour son habilité à réaliser de belles coupes dans les veines.

Son illustre prédécesseur c’était le piqueur, le mineur qui arrachait à la veine de charbon son précieux trésor à l’aide de son pic ou de son marteau piqueur avec l’arrivée de l’air comprimé au fond de la mine.
Puis la mécanisation a continué sa course en avant. Le boisage en taille, dangereux et coûteux en temps et en argent, est supprimé sur le front de taille et le soutènement en bois est progressivement remplacé par les étançons métalliques. L’électricité au fond amène les premières haveuses (Shortwall Sullivan et Anderson) et les rabots. Puis plus imposantes encore, les haveuses à tambour, puis à double tambour (Electra) sont introduites au fond, faisant s’envoler les rendements et la production.
Le soutènement marchant améliore également les performances d’exploitation. Les terrains exploités sont « foudroyés », c’est à dire écroulés à l’arrière lors de la progression de la taille. Les chantiers d’abattage ne sont alors plus protégés que par ces immenses piles de soutènement. Ces écarteurs d’acier, soutenant le toit grâce à des vérins hydrauliques et qui avancent au rythme des passages de la haveuse ou du rabot télécommandé.

Ressentir la machine

Il y a quelques années, le travail d’abattage se limitait à manœuvrer le rabot ou la haveuse. Avec la modernisation des tailles, l’introduction du soutènement marchant hydraulique, les automates programmables, le rôle du haveur/raboteur est devenu un travail de technicien. Son pupitre s’est vu doter d’appareil de contrôle tels que : pression de la machine d’abattage sur le front de taille, intensité du blindé, commande de la haute pression, visualisation de la haveuse ou du rabot dans la taille, marche des convoyeurs.

Malgré tous ces instruments et ces outils qui lui facilitent la tâche, son expérience et sa compétence font de lui, un élément indispensable à la bonne marche d’une taille.