L'énergie charbon

La France qui a arrêté sa production charbonnière nationale en 2004, est un petit utilisateur de charbon (20 millions de tonnes par an).
Comme le montre le rapport du délégué interministériel au développement durable sur l'énergie charbon, la France ne pourra cependant rayer ce combustible de son mix énergétique et devra lui accorder une place à la hauteur de ses qualités.

Pourquoi ce charbon, tant décrié en France où la majorité des gens pensent aujourd'hui que c'est un combustible du passé et qu'il n'a plus d'utilisation dans un monde moderne, assure t-il encore aujourd'hui les besoins énergétiques d'un homme sur trois dans le monde ?

  • 1. Parce qu'il est disponible.

Le charbon est un combustible largement disponible dans le monde dont les réserves, en plus d'être très importantes, sont également géographiquement et géopolitiquement bien réparties, si bien que les risques de tension et de rupture d'approvisionnement sont faibles.

Les réserves connues de combustibles solides sont estimées aujourd'hui à 500 milliards de tep (tonnes équivalent pétrole), ce qui assure au rythme actuel d'extraction, 230 années de consommation.

Les combustibles solides sont produits dans [une très large variété de pays (Etats-Unis, Australie, Afrique du Sud, Canada, Colombie, Indonésie, pour ne citer que les exportateurs les plus importants) ce qui évite une trop importante sensibilité politique. Les pays gros consommateurs de charbon peuvent compter de façon sure sur le charbon importé. Cette sécurité des importations est assurée par la compétition entre les nombreux pays fournisseurs dans le monde, et aussi par le fait que le charbon est un produit facilement transportable par voie maritime à des coûts relativement bas et sans infrastructure spécifique lourde (à la différence du gaz qui demande des terminaux spécialisés et des bateaux conçus pour son transport).

Le transport du charbon ne comporte de plus aucun risque majeur d'atteinte à l'environnement. Le charbon est un matériau physiquement stable. Il ne présente pas les problèmes de fuites ou d'écoulements associés aux autres combustibles fossiles. Dans le monde entier, le charbon est transporté au moyen de minéraliers de tailles diverses. Les naufrages de ce type de bateaux sont extrêmement rares et n'entraînent pas de pollution maritime. Sur terre, le charbon est transporté par rail, par route ou par bande transporteuse, tous moyens de transport sûrs et sans risques environnementaux pour un combustible solide.
Et dans le monde changeant d'aujourd'hui, un minéralier ou un terminal charbonnier n'est pas une cible privilégiée pour des groupes terroristes : pas de risque d'explosion ou de dissémination nucléaire.

  • 2. Parce que son prix est compétitif :

Le charbon est disponible dans le monde entier. Plus de 85 % du charbon extrait est aujourd'hui consommé dans le pays de production et seulement environ 600 Millions de tonnes font l'objet d'un commerce international.

Avec une distribution géographique équilibrée, le charbon peut être importé à un prix compétitif partout dans le monde.

Comparé au gaz et au pétrole, le prix du charbon a été relativement stable au cours de ces trente dernières années. Alors que les prix du pétrole et du gaz ont fait l'objet de grandes variations et d'une instabilité permanente due notamment à la puissance de l'OPEP, le prix du charbon est resté très constant.

Si récemment le prix du charbon a sensiblement augmenté, c'est vraisemblablement un épiphénomène du essentiellement à une augmentation momentanée des coûts de transports. Les prévisions à moyen terme mentionnent seulement une légère croissance des prix pour les années à venir.
En effet, les coûts d'exploitation devraient poursuivre leur décroissance grâce à des augmentations de productivité dans les principales régions productrices (Chine, Indonésie, Colombie, etc..) et à une diminution du nombre d'exploitations souterraines.

Cela ne sera pas le cas pour le pétrole ou le gaz, dont les coûts d'exploitation augmenteront suite à l'épuisement des gisements les plus rentables.

Dans le domaine de la production d'électricité, qui est avec 62 % de son utilisation son principal marché, le charbon est le combustible fossile le moins cher : Le coût total de production d'électricité d'une centrale au charbon est aujourd'hui comparable ou inférieur (suivant que la centrale est neuve ou ancienne) à celui d'une centrale à cycle combiné au gaz, mais avec moins d'incertitudes sur le prix futur du combustible.

  • 3. Parce qu'il peut être utilisé sans dommage pour l'environnement.

En termes économiques, sa sécurité d'approvisionnement et son prix sont de puissants arguments en faveur du charbon. Ces avantages ont été bien compris par de nombreux pays d'Asie qui ont un important programme de construction de centrales au charbon.
D'un autre coté, le charbon est souvent l'objet de critiques et a pour le commun des mortels, une image négative due à son impact environnemental passé.

Cependant les techniques de « charbon propre » aujourd'hui disponibles permettent de réduire énormément l'impact environnemental de l'utilisation du charbon, que ce soit en ce qui concerne son utilisation dans la production d'électricité qu'en usage sidérurgique.

Les techniques de désulfuration et de dénitrification sont actuellement largement disponibles sur le marché et réduisent énormément les émissions polluantes liées aux oxydes de soufre et d'azote. Ces techniques sont largement utilisées en occident et ont besoin d'être étendues à toutes les centrales existant de par le monde. Leur efficacité est excellente et permet de retenir jusqu'à 95 % de SO2 et de NOx, amenant les centrales charbon au même niveau d'émission d'oxydes de soufre et d'azote que les centrales au gaz.

La seconde critique sur les énergies fossiles résulte de leur taux d'émissions de gaz à effet de serre. Si, à la différence du gaz, l'énergie charbon n'est pas à l'origine de fuites de méthane, gaz à effet de serre très préjudiciable pour l'environnement, elle est par contre productrice de gaz carbonique en quantités plus importantes que ses concurrents pétrole et gaz.

Les tendances restrictives à l'utilisation du charbon dans nos pays occidentaux ne pourront être levées que par une réduction de ces émissions de gaz carbonique. Cette réduction se fera en deux étapes : la première, déjà bien engagée, est l'amélioration du taux de conversion de l'énergie charbon en énergie électrique. La contribution la plus importante et la plus rentable à la réduction des émissions de gaz à effet de serre produits par l'utilisation du charbon est l'augmentation du rendement de combustion des centrales. C'est ainsi que l'efficacité moyenne des centrales chinoises et russes est de l'ordre de 24 % alors que les techniques modernes utilisées dans les centrales allemandes de dernière génération permettent un rendement proche de 45 %. Les émissions de CO2 sont en conséquence pratiquement réduites de moitié.
La deuxième étape sera le captage et la séquestration du gaz carbonique pour éviter son rejet dans l'atmosphère. Ce stockage peut se faire dans des formations géologiques, dans les profondeurs de l'océan ou encore dans des puits naturels tels que les écosystèmes océaniques et terrestres. Diverses technologies sont en phase de développement aux Etats Unis et en Europe mais leur coût doit être sévèrement réduit pour qu'elles soient industriellement applicables. Un coût total de fixation à 10 dollars au maximum par tonne de carbone évitée est envisagé à l'horizon 2015.

En conclusion :

Le charbon a encore [un avenir brillant devant lui et c'est la recherche technique qui le maintiendra dans les prochaines années à un niveau d'utilisation important dans le monde.

Le challenge des prochaines années pour l'Europe et pour la France ne sera pas de réduire leur dépendance vis à vis du charbon mais d'accélérer le déploiement de technologies de charbon propre qui mettront en valeur son développement durable.


Affiche de la chaîne charbonnière à télécharger

  • Impression possible du document jusqu'à 70 cm X 50 cm
    La chaîne charbonnière - 3.5 Mo
    La chaîne charbonnière
    (Zip, 3.5 Mo)

Liens
Liens utiles
Recherche
Glossaire
Media
Cinémathèque Photothèque
Dans cette rubrique
 
Autres rubriques
 
 

Tous droits réservés. © Victoria Multimedia 2003. Powered by Victoria Multimédia
 
retour à la page d'accueil retour à la page d'accueil
Accueil